couvreur versailles

Loire. Roannais: prison ferme pour avoir foncé à moto sur les gendarmes – Le Progrès

Loire. Roannais: prison ferme pour avoir foncé à moto sur les gendarmes – Le Progrès

Pour soutenir votre journalisme local, abonnez-vous !
Pourquoi voyez-vous ce message ?
Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies, vous pouvez à tout moment modifier votre choix, ici.
Le contenu de ce site est le fruit du travail de journalistes qui vous apportent chaque jour une information locale de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.
Déjà abonné ?
Bénéficiez des avantages inclus dans votre abonnement en activant votre compte
Vous pouvez lire Le Progrès sur $this.View.AuthResponse.DeviceLimit appareils maximum. Confirmez l’utilisation de votre compte sur cet appareil en saisissant votre mot de passe
CAS N°1 : Vous (ou une autre personne) utilisez plus de $this.View.AuthResponse.DeviceLimit appareils et/ou navigateurs en même temps → Déconnectez-vous des appareils et/ou navigateurs que vous n’utilisez pas
CAS N°2 : Vous naviguez en mode privé → Déconnectez-vous systématiquement avant de fermer la fenêtre du navigateur
CAS N°3 : Vous refusez les cookies de connexion dans les paramètres de votre navigateur (ou une mise à jour a modifié vos paramètres) → Changer les paramètres d’acceptation des cookies de votre navigateur
DANS TOUS LES CAS → cliquer sur « continuer sur cet appareil » résout le problème
Que se passe-t-il si je clique sur « continuer sur cet appareil » ?
Vous pourrez profiter de votre compte sur cet appareil et tous vos autres appareils seront déconnectés. Vous pourrez toujours vous y reconnecter, dans la limite de $this.View.AuthResponse.DeviceLimit appareils.
Comment puis-je voir les appareils connectés ?
Rendez-vous dans votre espace client puis cliquez sur « gérer les équipements ». Si vous y allez après avoir cliqué sur « Continuer sur cet appareil », il ne devrait y en avoir qu’un seul.
Si vous voyez ce champ, ne le remplissez pas
Le Progrès, en tant que responsable de traitement, recueille dans ce formulaire des informations qui sont enregistrées dans un fichier informatisé par son Service Relations Clients, la finalité étant d’assurer la création et la gestion de votre compte, ainsi que des abonnements et autres services souscrits. Si vous y avez consenti, ces données peuvent également être utilisées pour l’envoi de newsletters et/ou d’offres promotionnelles par Le Progrès, les sociétés qui lui sont affiliées et/ou ses partenaires commerciaux. Vous pouvez exercer en permanence vos droits d’accès, rectification, effacement, limitation, opposition, retirer votre consentement et/ou pour toute question relative au traitement de vos données à caractère personnel en contactant lprventesweb@leprogres.fr ou consulter les liens suivants : Protection des données, CGU du site et Contact. Le Délégué à la Protection des Données personnelles (dpo@ebra.fr) est en copie de toute demande relative à vos informations personnelles.
Lyon – Villeurbanne – Caluire
mer. 22/06/2022
L’édition du soir en numérique dès 21h30 Le journal en numérique dès 5h Accédez à tous les contenus en illimité
Lyon – Villeurbanne – Caluire
mer. 22/06/2022
Retrouvez tous nos contenus et notre journal en numérique
Téléchargez gratuitement l’app
Mardi 24 mai, un conducteur de 32 ans abandonnait son véhicule accidenté entre Vougy et Pouilly-sous-Charlieu. En revenant à moto récupérer ses affaires, il a foncé en direction des gendarmes présents sur les lieux de l’accident. Il a été condamné vendredi à 2 ans et 9 mois de prison ferme en comparution immédiate.
« Je m’en bats les c… Vous n’avez pas de cœur. Je ne paierai pas les amendes ! » Vendredi, à l’énoncé de sa condamnation à 2 ans de prison ferme et révocation de 9 mois de prison avec sursis, le prévenu Guillaume Ducrot explose. Il passe ses nerfs sur les panneaux de plexiglas à coups de poing et de tête avant de quitter la salle d’audience du tribunal judiciaire de Roanne le front ensanglanté, dans le vacarme et la fureur, devant sa compagne en pleurs.
Le prévenu de 32 ans déjà condamné à 23 reprises dont 12 quand il était mineur, semblait s’être rangé des voitures depuis sa sortie de prison en juillet 2020 après 9 ans d’incarcération. Il avait trouvé un travail de couvreur zingueur, une compagne qui lui a offert un premier enfant le 3 mai dernier… Bien que n’ayant jamais passé le permis, il s’était acheté une Citroën Xsara pour 500€ qu’il conduisait occasionnellement pour se rendre au travail, sans l’avoir assurée ni effectué le contrôle technique.
Mardi, il rentrait chez lui quand il a dépassé plusieurs voitures sur la RD482 à vive allure entre Vougy et Pouilly-sous-Charlieu. Il a perdu le contrôle du véhicule qui a défoncé le mur d’enceinte du château de Vougy avant de finir sur le toit au milieu des voies. Le conducteur est sorti miraculeusement indemne de son véhicule et a été ramené chez lui par un autre automobiliste. Avant de revenir sur les lieux récupérer des affaires à moto. Mais les gendarmes, entre-temps arrivés sur les lieux, ont repéré l’individu reconnaissable à son strabisme avec l’aide de témoins. Après l’avoir vu passer dans un sens à faible allure puis accélérer et partir en « wheeling », ils lui ont fait signe de s’arrêter en le voyant repasser dans l’autre sens. Le motard a alors accéléré et foncé dans la direction des militaires qui ont dû s’écarter pour ne pas être percutés.
« Il avait un regard de fou déterminé », racontera par la suite une femme gendarme qui a eu 2 jours d’ITT (incapacité), son collègue 1 jour, en raison du retentissement psychologique. L’individu a ensuite pris la fuite et été interpellé le lendemain vers 14 heures. Il était positif aux stupéfiants. Il a reconnu à l’audience fumer 5 à 6 joints par semaine « pour dormir ». Avait-il bu ? Impossible de le savoir, même si un pack de 12 bières explosé a été retrouvé dans le véhicule et une bouteille de whisky derrière le mur du château.
Le trentenaire a reconnu l’ensemble des faits qui lui sont reprochés à l’exception des plus graves : avoir délibérément foncé sur les gendarmes. « À aucun moment, je me suis dit, je vais cartonner un gendarme ! » Une version contredite par les gendarmes et les témoins présents sur place. Cela lui a valu d’être condamné pour l’ensemble des faits et d’être incarcéré dans la foulée à la maison d’arrêt de La Talaudière. Il a annoncé qu’il ferait appel. Une audience ultérieure sera destinée à indemniser le propriétaire du château pour la brèche dans son mur d’enceinte inscrit à l’inventaire des monuments historiques qui a déjà été endommagé par d’autres accidents.

source

Votez :
5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Couvreur Versailles

Contactez-nous

Demander à être rappeler sous 24h

Couvreur Versailles