couvreur versailles

Pénurie de matériaux : « Des fournisseurs en profitent pour spéculer », regrette un couvreur cognaçais – Sud Ouest

Pénurie de matériaux : « Des fournisseurs en profitent pour spéculer », regrette un couvreur cognaçais – Sud Ouest

C’est l’un des fleurons du BTP en Charente. À Cognac, rue de Basse-de-Crouin, à la force de poignet et au mépris de l’apesanteur, Sébastien Bouchet, ancien semi-pro de football, a bâti, pierre par pierre, une entreprise qui règne sur la rénovation des toitures des monuments historiques. Au fil des années, il a obtenu tous les agréments pour intervenir sur les chantiers les plus prestigieux de la région.
Actuellement, la société cognaçaise rénove à Bordeaux des toitures de la cathédrale et du Palais de la Bourse. Son carnet de commandes est plein pour une durée de vingt-quatre mois. Elle compte 24 employés dont une petite dizaine de chefs d’équipe, trois personnes dédiées au bureau d’études, plus les ouvriers. Si Bouchet couverture jouit d’une position quasi monopolistique sur le marché néoaquitain, elle ne traverse pas sans heurts la période actuelle. « Il y a un an et demi, le toit d’une maison bourgeoise, cela coûtait en matériaux entre 40 et 50 euros hors taxes le mètre carré. Aujourd’hui, il faut compter le double ! Le prix de l’ardoise a bondi, les liteaux (support en bois de l’ardoise, NDLR) ont pris 150 % de hausse et les crochets ou les clous en cuivre près de 70 % ! », rapporte le patron de la PME.
Il fustige le comportement de certains fournisseurs : « Quelques-uns en profitent pour spéculer en facturant largement au-dessus des hausses réelles ! » Sébastien Bouchet loue en revanche l’honnêteté de ses partenaires locaux. « Je travaille avec un scieur établi à 40 kilomètres de Cognac, à l’entrée d’Angoulême, il me vend sa production à un prix raisonnable. Elle n’a pris que 9 % de hausse, ces derniers mois. Après, pour nuancer, il faut dire que c’est surtout le cours du bois ‘‘palettisé’‘ qui a explosé, parce que tout le monde en a besoin, c’est moins le cas du bois ‘‘noble’‘. Mais je retrouve la même chose avec mon fournisseur de tuiles, très proche aussi géographiquement. Lui aussi n’a pas profité du contexte actuel pour s’en mettre plein les poches. »

source

Votez :
5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Couvreur Versailles

Contactez-nous

Demander à être rappeler sous 24h

Couvreur Versailles