couvreur versailles

Tempêtes dans les Hauts-de-France : comment être bien indemnisé par mon assureur ? – France 3 Régions

Tempêtes dans les Hauts-de-France : comment être bien indemnisé par mon assureur ? – France 3 Régions

Les tempêtes Dudley, Eunice et Franklin ont frappé tour à tour les Hauts-de-France entre le 16 et le 22 février. L’état de catastrophe naturelle devrait être décrété prochainement. Si vous avez été victime d’un sinistre, voici quelques conseils pour être indemnisé au mieux.
Entre le 16 et le 22 février, trois tempêtes ont balayé les Hauts-de-France. D’abord Dudley, puis Eunice – la plus violente – et enfin Franklin. Pendant sept jours, agents de la voierie, techniciens des réseaux électriques et pompiers étaient à pied d’oeuvre. Le 18 février, Eunice a soufflé à 141 km/h sur Steenvorde, et à 153 km/h sur Boulogne-sur-Mer. « On a enregistré près de 500 sinistres dans nos 7 agences des Hauts-de-France » explique Corentin Cohidon, conseiller pour HCD Assurances (groupe Allianz).
Les tempêtes de vent successives ont particulièrement touché les toitures, et entraîné des chutes de tuiles, mais aussi de branches voire d’arbres sur la voie publique. Particulièrement sur les dégâts en hauteurs, il est évidemment conseillé de ne pas intervenir tant que le vent souffle.
« On conseille bien évidemment de prendre le plus de photos possible. Dans le cas d’une toiture, on conseille aussi d’appeler un couvreur afin de mettre « hors d’eau » l’habitation (réaliser les travaux d’étanchéité ndlr). Car typiquement, la tempête Eunice a frappé, des toitures se sont envolées, et on prévoyait de la pluie pour le lendemain. Il s’agit que le sinistre ne s’aggrave pas, avec ce qu’on appelle ensuite des dégâts « de mouille », détaille le spécialiste. 
Corentin Cohidon recommande vivement aux particuliers de faire réaliser deux devis différents : en période de crise, quelques professionnels peu scrupuleux sont susceptibles de gonfler artificiellement les prix.
« On nous pose aussi beaucoup la question : je suis bricoleur, est-ce que je peux intervenir moi-même ? S’il s’agit de quelques tuiles, on comprend que les gens n’aient pas forcément envie de faire appel à une société quand ils savent le faire eux-mêmes. Certains contrats d’assurance indemnisent les heures de main-d’oeuvre personnelle, il vous faut les compter. » Vous pouvez donc vous renseigner auprès de votre assureur.
Autre cas de figure, si votre voiture est heurtée par des branches d’arbres pendant que vous conduisez. Il vous est conseillé de vous arrêter, pour déterminer d’où vient la branche, et noter les coordonnées du propriétaire de l’arbre, si celui-ci est planté chez un particulier. 
De manière générale, il est conseillé de contacter votre assureur le plus tôt possible, pour faire état de votre situation et s’enquérir des démarches et des délais. Dans le cas des travaux d’étanchéité d’une toiture, « ce sera pris en compte plus tard par l’assurance, poursuit Corentin Cohidon. On ne doit pas forcément avancer les fonds : souvent, le couvreur intervient en deux temps et on peut attendre d’être remboursé par son assurance pour régler la facture. »
Ce n’est donc pas votre assurance qui enverra un professionnel chez vous, mais en suivant votre dossier au plus près, elle peut vous dispenser de mettre la main au porte-monnaie. Dans quelques cas, notamment pour les professionnels, des dispositifs d’urgence sont tout de même prévus. « Par exemple, si une porte s’arrache à cause de la tempête, et qu’un menuisier ou un serrurier ne peut pas intervenir tout de suite, l’assurance peut faire venir un gardien pour sécuriser les lieux tant que le site est ouvert » illustre le conseiller en assurances.
Tout d’abord, votre assurance habitation comprend obligatoirement une « garantie tempête », cela fait partie du socle commun de l’ensemble des contrats. Celle-ci couvre les dégâts causés par les bourrasques de vent, les fortes pluies, les fortes chutes de grêle ou de neige. Cela inclut, comme l’a rappelé le ministère de l’Intérieur « les dommages causés par les infiltrations » entraînées par la tempête.
La garantie tempête et la garantie catastrophe naturelle ne peuvent pas se cumuler sur un même bien, et cela même si votre contrat ne couvre pas l’intégralité des dégâts. La reconnaissance de catastrophe naturelle est là pour étendre l’indemnisation à tous les biens qui ne seraient pas déjà couverts par le socle commun.

Par exemple, la réparation de votre habitation sera prise en charge au titre de la garantie tempête mais, « si par ailleurs vous avez une voiture, garantie seulement au tiers, la garantie tempête ne s’applique pas, mais la garantie catastrophe naturelle s’appliquera par la suite » différencie Corentin Cohidon. Si, au contraire, votre véhicule est déjà assuré tous dommages, là encore, les deux garanties ne pourront pas de cumuler.
Pour faire jouer la garantie tempête, en plus de votre dossier photo, vous pouvez télécharger via ce lien une attestation météorologique valable pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais, rédigée par le bureau d’expertise Agate Météo.
Vous pouvez d’abord vous adresser auprès de votre mairie : des dispositifs locaux de solidarité existent dans de nombreuses communes. Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé le 22 février avoir engagé les crédits du fonds de secours d’extrême-urgence dans le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme. « Il s’agit d’un dispositif d’aides direct destiné aux particuliers et aux familles placées en situation de grande difficulté suite à une catastrophe », précise le communiqué.
En complément des efforts déjà engagés par les collectivités locales auprès des sinistrés, ces aides ont pour but de permettre aux plus touchés de se procurer des biens de première nécessité. 

source

Votez :
5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Couvreur Versailles

Contactez-nous

Demander à être rappeler sous 24h

Couvreur Versailles